Historique


Au début du dix-neuvième siècle, les paroisses de Saint-Félix, de Saint-Jean-de-Matha et de Saint-Cléophas n'étaient pas habitées. Couvertes de forêts vierges, elles étaient parcourues en tous sens par les sauvages, surtout les Abénakis qui venaient y chasser la loutre, le castor, le vison, le loup-cervier, le pékan, le rat musqué... Les rivières Bayonne et l'Assomption étaient le théâtre de leurs activités.

On peut ajouter à cela, que ces rivières étaient leurs routes principales et une abondante source de nourriture, par la variété de poissons qu'on pouvait y prendre. De plus l'eau y était potable en tout points.

À une certaine époque les Basses Terres du Saint-Laurent furent divisées en Seigneuries, en Fiefs et en Cantons. St-Cléophas fait partie du Canton de Brandon, borné à l'est par la Seigneurie de Lanaudière et à l'ouest par les Seigneuries de Dailleboust et Ramsay. Ces Cantons et Seigneuries étaient eux-mêmes divisés en concessions, divisées, elles, en lots traversés par des rangs. St-Cléophas fait partie de la première concession de Saint-Louis, di Township de Brandon.

Les premiers essais de fondation se firent vers 1850 par M.Amable Jetté, mais ceux-ci restèrent infructueux jusqu'en 1896, ou les gens de Brandon, eurent enfin ce qu'ils demandaient depuis un demi-siècle soit la formation d'une nouvelle paroisse et la construction d'une église de bois. Celle-ci fût érigée canoniquement le 17 février 1897, par suite de son détachement de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois, ainsi que la nomination d'un premier curé, M. Arthur Houle.

Quant à l'origine du nom de Saint-Cléophas, il y a dilemme. D'un côté on dit que Mgr. Charles Fabre (1827-1896) évèque de Montréal, aurait placé la nouvelle église sous le patronat de Saint-Cléophas, saint auquel il vouait une dévotion toute particulière. D'un autre côté, on dit que le député de Berthier aux Communes de l'époque (de 1887 à 1899), M. Cléophas Beausoleil (1845-1904) aurait participé au dénouement de cette histoire et se serait ainsi mérité de laisser son nom à la nouvelle municipalité. Afin de solutionner un problème d'homonomie, la municipalité de la paroisse de Saint-Cléophas devint en 1997, la municipalité de Saint-Cléophas-de-Brandon. Le bureau de poste local, porta d'abord le nom de Saint-Joseph-de-Brandon, lors de son ouverture le premier janvier 1897. Par ailleurs, ce nom fut changé en celui de nom de Saint-Cléophas-de-Brandon le premier mai 1897, afin d'établir sur le plan postal une distinction avec un autre Saint-Cléophas situé dans la région de la Matapédia. Le spécificatif Brandon provient du nom du canton et évoque une localité d'Angleterre.

Insérée entre Saint-Gabriel-de-Brandon, au nord, et Saint-Norbert, à l'est, entre le rebord des Laurentides et Saint-Félix-de-Valois, longeant la rivière Bayonne, Saint-Cléophas-de-Brandon est caractèrisée par un paysage de collines et de plaines.

L'édifice municipal actuel fut construit en 1915. Cet édifice était l'école du village et on lui donna pour nom, d'école Saint-Joseph. Les enfants de la paroisse y firent leurs classes jusqu'en 1967. La Commission scolaire de l'érablière (aujourd'hui Commission scolaire des Samares) vend l'école en 1969 à la corporation municipale de Saint-Cléophas. L'école change donc son appellation d'école Saint-Joseph en Centre communautaire de Saint-Cléophas.

Aujourd'hui le Centre communautaire abrite le bureau municipal, la salle du Conseil, la bibliothèque municipale, les Loisirs et l'Organisme des Bassins Versants de la Zone Bayonne.